Et les méprisés se mettent debout

 

Le miracle n’est pas l’intégration de l’autre devenu par la « guérison » un même, mais son intégration comme autre. Pour cela, c’est en premier lieu la communauté (la société, voire l’humanité, globale et de tous les temps) qui doit être « guérie ». Le miracle est une transformation de la société, comme événement réel utopique et uchronique, qui permet à l’autre de se « mettre debout », une société qui relève l’autre. Relever l’autre est lui donner statut, le respecter en tant qu’autre, et non pas parce qu’il est un même, mais le traiter comme égal, même s’il reste autre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *